Poèmes à emporter

En temps de pandémie, tout doit être repensé. Les lancements de livre aussi. Normalement, quand on lance un livre, on fait un événement, une lecture publique. Là, les choses ont été pensées autrement, pour éviter les rassemblements. Avec les Écrits des Forges, j’ai donc convenu de la formule « Poèmes à emporter ». En octobre, des cordes à linge poétiques ont été accueillies par les jardins de la Maison Antoine-Lacombe, le Musée d’art de Joliette et la bibliothèque du Cégep régional de Lanaudière à Joliette. Ces fils suspendus offraient des extraits de mon dernier recueil, Nos banlieues. Les poèmes pouvaient être emportés par les passants. L’idée, c’était de rendre la poésie visible. Qu’elle sorte des livres, qu’elle occupe les lieux publics.

Corde à linge poétique dans les jardins de la Maison Antoine-Lacombe, à Joliette
Nos banlieues
Nos banlieues (2020)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s